maldoror6

Cent ans de solitude

maldoror6:

La fin de Cent Ans de Solitude laisse en moi une telle trace que je ne pense pas pouvoir m’en défaire un jour. Devoir reposer ce livre me donne l’impression d’être amputée, amputée de l’espoir d’en sauver les personnages, de les faire durer à jamais. Les sauver pour ne pas me sentir vide comme je le suis en cet instant.

(C’est la première fois que je veux relire un livre aussitôt après l’avoir refermé.)